Democratic Republic of Congo (DRC)

One of the poorest countries in the world, the DRC is currently facing their eleventh Ebola outbreak, managing a devastating measles epidemic and now, the novel coronavirus. Around the world, COVID-19 is exposing, and in some cases intensifying, the negative health outcomes associated with inequity – the DRC is no exception. An already fragile and under resourced education system is not helped by necessary containment measures like school closures. Measures that will likely impact girls aged 5 to 17 – more than half of whom already do not attend school – disproportionately. Stay-at-home orders put women in the DRC at increased risk for the sexual and gender-based violence too many of them already face. Women are also at increased risk for infection with COVID-19 as they typically function as caregivers for sick family members and relatives.

It can be hard to find reasons to be optimistic in the time of coronavirus, and although they are battling a new Ebola outbreak in the northwest provinces, the DRC announced in June 2020 that they had successfully contained the tenth Ebola outbreak in the northeast of the country. The two-year long outbreak was one of the largest on record, and the ultimately successful disease control efforts of the DRC offer important lessons to the world that are relevant in the fight against COVID-19:

  • Science is real: The tenth outbreak marked the first time a licensed Ebola vaccine was widely used in disease control. At the same time, application of effective clinical treatments lowered death rates for those who received early treatment. Whether through promotion of prevention measures, or provision of epidemiological data and therapeutic solutions, science has the potential to save lives during the coronavirus pandemic as well.
  • All epidemics are local: The DRC leveraged community engagement to slow disease transmission. Public health responses included education and behavior change campaigns which encouraged communities to practice handwashing and safe burial practices. Similarly, with COVID-19, the degree to which communities are able to “flatten the curve” depends greatly on their willing participation in disease control efforts like social distancing and wearing masks.
  • Gender matters: The final WHO External Situation Report on the tenth Ebola outbreak in the DRC revealed that 57% of the nearly 3,500 confirmed and probable EVD cases were women; 29% were children. Understanding and addressing the differential risks and impacts of infectious disease on women and vulnerable populations is key to successful disease control. This is no less true for COVID-19. Gender gap analyses should be an integral part of all countries’ public health response to COVID-19.

L’un des pays les plus pauvres du monde, la RDC est actuellement confrontée à sa onzième épidémie d’Ebola, gérant une épidémie dévastatrice de rougeole et maintenant, le COVID-19. Partout dans le monde, le COVID-19 expose—et dans certains cas s’intensifie—les effets négatifs sur la santé associés aux inégalités. La RDC ne fait pas exception. Un système d’éducation déjà fragile et sous-financé n’est pas aidé par les mesures de confinement nécessaires comme la fermeture d’écoles. Des mesures qui auront probablement un impact disproportionné sur les filles âgées de 5 à 17 ans – dont plus de la moitié ne vont déjà pas à l’école. Les ordonnances de rester à la maison exposent les femmes en RDC à un risque accru de violence sexuelle et sexiste que trop d’entre elles sont déjà confrontées. Les femmes courent également un risque accru d’infection par le COVID-19 car elles agissent généralement comme soignantes pour les membres de la famille et les proches malades.

Il peut être difficile de trouver des raisons d’être optimiste à l’époque du coronavirus, et bien qu’ils luttent contre une nouvelle épidémie d’Ebola dans les provinces du nord-ouest, la RDC a annoncé en juin 2020 qu’elle avait réussi à contenir la dixième épidémie d’Ebola dans le nord-est du pays. L’épidémie de deux ans était l’une des plus grands qui est enregistrées, et les efforts de lutte contre la maladie qui ont finalement abouti en RDC offrent au monde des leçons importantes qui sont pertinentes dans la lutte contre le COVID-19:

La science est réelle: la dixième épidémie a marqué la première fois qu’un vaccin contre Ebola homologué était largement utilisé dans la lutte contre la maladie. Dans le même temps, l’application de traitements cliniques efficaces a réduit les taux de mortalité de ceux qui ont reçu un traitement précoce. Que ce soit par la promotion de mesures de prévention ou la fourniture de données épidémiologiques et de solutions thérapeutiques, la science a également le potentiel de sauver des vies pendant la pandémie de coronavirus.

Toutes les épidémies sont locales: la RDC a profité l’engagement communautaire pour ralentir la transmission des maladies. Les réponses de santé publique comprenaient des campagnes d’éducation et de changement de comportement qui encourageaient les communautés à pratiquer le lavage des mains et des pratiques d’inhumation sûres. De même, avec le COVID-19, la mesure dans laquelle les communautés peuvent « aplatir la courbe » dépend grandement de leur participation volontaire aux efforts de lutte contre la maladie comme la distanciation sociale et le port de masques.

Le genre compte: le rapport final de situation externe de l’OMS sur la dixième épidémie d’Ebola en RDC a révélé que 57% des presque 3 500 cas confirmés et probables d’Ebola étaient des femmes; 29% étaient des enfants. Comprendre et traiter les différents risques et impacts des maladies infectieuses sur les femmes et les populations vulnérables est la clé du succès de la lutte contre les maladies. C’est également vrai pour COVID-19. Les analyses des écarts entre les sexes devraient faire partie intégrante de la réponse de santé publique de tous les pays au COVID-19.

drc-header

Democratic Republic of Congo (DRC)

One of the poorest countries in the world, the DRC is currently facing their eleventh Ebola outbreak, managing a devastating measles epidemic and now, the novel coronavirus. Around the world, COVID-19 is exposing, and in some cases intensifying, the negative health outcomes associated with inequity – the DRC is no exception. An already fragile and under resourced education system is not helped by necessary containment measures like school closures. Measures that will likely impact girls aged 5 to 17 – more than half of whom already do not attend school – disproportionately. Stay-at-home orders put women in the DRC at increased risk for the sexual and gender-based violence too many of them already face. Women are also at increased risk for infection with COVID-19 as they typically function as caregivers for sick family members and relatives.

It can be hard to find reasons to be optimistic in the time of coronavirus, and although they are battling a new Ebola outbreak in the northwest provinces, the DRC announced in June 2020 that they had successfully contained the tenth Ebola outbreak in the northeast of the country. The two-year long outbreak was one of the largest on record, and the ultimately successful disease control efforts of the DRC offer important lessons to the world that are relevant in the fight against COVID-19:

  • Science is real: The tenth outbreak marked the first time a licensed Ebola vaccine was widely used in disease control. At the same time, application of effective clinical treatments lowered death rates for those who received early treatment. Whether through promotion of prevention measures, or provision of epidemiological data and therapeutic solutions, science has the potential to save lives during the coronavirus pandemic as well.
  • All epidemics are local: The DRC leveraged community engagement to slow disease transmission. Public health responses included education and behavior change campaigns which encouraged communities to practice handwashing and safe burial practices. Similarly, with COVID-19, the degree to which communities are able to “flatten the curve” depends greatly on their willing participation in disease control efforts like social distancing and wearing masks.
  • Gender matters: The final WHO External Situation Report on the tenth Ebola outbreak in the DRC revealed that 57% of the nearly 3,500 confirmed and probable EVD cases were women; 29% were children. Understanding and addressing the differential risks and impacts of infectious disease on women and vulnerable populations is key to successful disease control. This is no less true for COVID-19. Gender gap analyses should be an integral part of all countries’ public health response to COVID-19.

L’un des pays les plus pauvres du monde, la RDC est actuellement confrontée à sa onzième épidémie d’Ebola, gérant une épidémie dévastatrice de rougeole et maintenant, le COVID-19. Partout dans le monde, le COVID-19 expose—et dans certains cas s’intensifie—les effets négatifs sur la santé associés aux inégalités. La RDC ne fait pas exception. Un système d’éducation déjà fragile et sous-financé n’est pas aidé par les mesures de confinement nécessaires comme la fermeture d’écoles. Des mesures qui auront probablement un impact disproportionné sur les filles âgées de 5 à 17 ans – dont plus de la moitié ne vont déjà pas à l’école. Les ordonnances de rester à la maison exposent les femmes en RDC à un risque accru de violence sexuelle et sexiste que trop d’entre elles sont déjà confrontées. Les femmes courent également un risque accru d’infection par le COVID-19 car elles agissent généralement comme soignantes pour les membres de la famille et les proches malades.

Il peut être difficile de trouver des raisons d’être optimiste à l’époque du coronavirus, et bien qu’ils luttent contre une nouvelle épidémie d’Ebola dans les provinces du nord-ouest, la RDC a annoncé en juin 2020 qu’elle avait réussi à contenir la dixième épidémie d’Ebola dans le nord-est du pays. L’épidémie de deux ans était l’une des plus grands qui est enregistrées, et les efforts de lutte contre la maladie qui ont finalement abouti en RDC offrent au monde des leçons importantes qui sont pertinentes dans la lutte contre le COVID-19:

La science est réelle: la dixième épidémie a marqué la première fois qu’un vaccin contre Ebola homologué était largement utilisé dans la lutte contre la maladie. Dans le même temps, l’application de traitements cliniques efficaces a réduit les taux de mortalité de ceux qui ont reçu un traitement précoce. Que ce soit par la promotion de mesures de prévention ou la fourniture de données épidémiologiques et de solutions thérapeutiques, la science a également le potentiel de sauver des vies pendant la pandémie de coronavirus.

Toutes les épidémies sont locales: la RDC a profité l’engagement communautaire pour ralentir la transmission des maladies. Les réponses de santé publique comprenaient des campagnes d’éducation et de changement de comportement qui encourageaient les communautés à pratiquer le lavage des mains et des pratiques d’inhumation sûres. De même, avec le COVID-19, la mesure dans laquelle les communautés peuvent « aplatir la courbe » dépend grandement de leur participation volontaire aux efforts de lutte contre la maladie comme la distanciation sociale et le port de masques.

Le genre compte: le rapport final de situation externe de l’OMS sur la dixième épidémie d’Ebola en RDC a révélé que 57% des presque 3 500 cas confirmés et probables d’Ebola étaient des femmes; 29% étaient des enfants. Comprendre et traiter les différents risques et impacts des maladies infectieuses sur les femmes et les populations vulnérables est la clé du succès de la lutte contre les maladies. C’est également vrai pour COVID-19. Les analyses des écarts entre les sexes devraient faire partie intégrante de la réponse de santé publique de tous les pays au COVID-19.

Gender Working Group

We meet online on the third Wednesday of every month to discuss key issues, activities, opportunities, and ideas for collaboration. We have a long and growing list of resources on gender and COVID-19.

JOIN US >

DRC
DRC

Gender Working Group

We meet online on the third Wednesday of every month to discuss key issues, activities, opportunities, and ideas for collaboration. We have a long and growing list of resources on gender and COVID-19.

JOIN US >

TwitterWhatsAppFacebookEmail